Le domaine Pégau a été créé à la fin des années 80. Et si le domaine Pégau fait aujourd’hui parti de l’élite de Châteauneuf-du-Pape, c’est grâce au dynamisme d’une femme. Laurence Féraud, vigneronne d’origine italienne, a repris le domaine familial avec poigne. On dit des rouges de Pégau qu’ils ont un profil corsé, élégant, riche et frais. Ce sont des vins à l’ancienne. Ils sont larges, gouteux et authentiques. La Cuvée Réservée se compose de grenache (85%), syrah (9%) et mourvèdre (4%) notamment. Aucun vin de la production du domaine n’est élevé en fût neuf, tous les vins passent en foudres usagés. Le domaine produit aussi, fait plus rare, un Châteauneuf du pape blanc et les bonnes années, une cuvée de sélection parcellaire. Ces vins assez purs ont une complexité incomparable et du fruité.

Si sur le plateau de Pégau, la vigne est cultivée depuis 1670, le domaine s’est véritablement constitué à compter des années 60. Car Elvire et Léon Féraud n’ont pas vinifié leur propre vin tout de suite. C’est leur fils Paul qui en a décidé en 1964. Laurence, la fille de Paul, formée en œnologie et en marketing du vin, décide ensuite de faire bouger les choses.

Au début, la commercialisation est minime car la majorité de la production est vendue au négoce, à Guigal notamment. Puis, sous l’influence de Laurence, le vignoble va passer de 7 à 22 hectares. Et Laurence Féraud va décider son père à faire son propre vin, puis à rechercher un nom pour le domaine. Bien décidée à empoigner la vigne, elle cherche un nom court et facile à retenir. Elle choisit alors le nom de Pégau, en référence au pichet provençal. De quoi continuer à faire connaître ces vins, grandi à l'ombre du palais des Papes.

Résultats 1 - 2 sur 2.
Résultats 1 - 2 sur 2.